James Bond à la sauce brigades du Tigre

2

8 février 2013 par matvano

Silas Corey

Silas Corey: Le Réseau Aquila 1/2 (Fabien Nury – Pierre Alary – Editions Glénat)

« Par l’auteur de Il était une fois en France ». Ce simple autocollant apposé sur la couverture du premier tome des aventures de Silas Corey suffit à attirer le regard du lecteur. De quoi l’aider à faire un choix parmi les piles de nouveautés qui lui donnent le tournis lorsqu’il se rend chez son libraire préféré. On peut donc dire que c’est bien joué de la part de Glénat, qui croit visiblement beaucoup dans le succès de cette nouvelle série. Il est vrai que l’éditeur a raison de se montrer confiant: le dessin de Pierre Alary est certes un peu nerveux et anguleux mais il est diablement efficace, tandis que le scénario de Fabien Nury, devenu une des nouvelles stars de la BD, est forcément à la hauteur. Mais il serait exagéré de dire que « Silas Corey » est de la même trempe que la saga « Il était une fois en France ». Le principal défaut de cette nouvelle série est qu’elle manque pour l’instant de personnalité. Dans la mesure où Silas Corey est à la fois journaliste, soldat, détective et espion et que ses aventures se déroulent au début du XXème siècle, à l’époque de Georges Clémenceau, on a l’impression que Nury et Alary ont été puiser leur inspiration pour leur héros un peu partout, que ce soit chez James Bond, Arsène Lupin, les brigades du Tigre ou même la Panthère Rose. Comme le célèbre inspecteur Clouseau, Silas Corey est en effet flanqué d’un assistant asiatique qui lui est particulièrement dévoué. Bref, on a souvent un sentiment de déjà vu ou de déjà lu. Mais pas de quoi bouder son plaisir pour autant, car les dialogues sont savoureux et l’intrigue (prévue sur deux tomes) est bien ficelée. En résumé, Silas Corey est un ancien journaliste (et un ancien soldat blessé au front) qui, en 1917, mange à tous les râteliers (ce qui s’avère bien utile vu son train de vie) puisqu’il se retrouve à la fois engagé par Georges Clémenceau (alors chef de l’opposition), par le 2ème Bureau d’espionnage et par Mme Zarkoff, une riche industrielle de l’armement. Tous le chargent de retrouver Hector Casella, un reporter ayant disparu alors qu’il avait apparemment trouvé la preuve de la trahison de Joseph Caillaux, le chef du gouvernement français. A la fois héros et escroc, Silas Corey est un personnage haut en couleurs, qui garde son flegme et son humour en toutes circonstances. A n’en point douter, ce premier tome n’est donc qu’un amuse-bouche de ce qui nous attend dans les années à venir!

Advertisements

2 réflexions sur “James Bond à la sauce brigades du Tigre

  1. […] mois à peine après la sortie du premier volet, voici déjà la suite et la fin du « Réseau Aquila », la première aventure […]

  2. […] le succès public et critique du « Réseau Aquila », la première aventure de Silas Corey, un personnage plein de panache et de flegme à mi-chemin […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :