Un récit aérien au décollage très prometteur

1

18 avril 2013 par matvano

Dent d'ours

Dent d’ours – Tome 1: Max (Alain Henriet – Yann – Editions Dupuis)

Depuis le début de l’année, les éditions Dupuis célèbrent avec faste les 75 ans du journal de Spirou. Des festivités amplement méritées, dans la mesure où malgré son grand âge, le magazine basé à Marcinelle continue encore et toujours à lancer des nouveaux talents et des nouvelles séries à un rythme très régulier. Ces dernières années, le journal de Spirou a été le tremplin de plusieurs séries humoristiques très réussies: il suffit de penser aux séries « Les Nombrils » et « Le Royaume » ou, plus récemment, à « Sam » et « Le chômeur et sa belle » par exemple. Mais Spirou ne se limite pas uniquement à l’humour. De temps en temps, le célèbre magazine sert aussi de rampe de lancement à des BD plus réalistes. C’est le cas de « Dent d’ours », un récit de guerre et d’espionnage scénarisé par Yann et dessiné par le très talentueux Alain Henriet (dont on peut lire une interview sur le site des éditions Dupuis: celle-ci permet de mieux comprendre comment il a travaillé pour se documenter et pour mettre en images ce récit, qui comporte notamment quelques solides scènes de batailles aériennes). Prépublié dans « Spirou » il y a quelques semaines, le premier tome de « Dent d’ours » sortira en album le 3 mai prochain. On peut d’ores et déjà dire que cette série devrait a priori rencontrer pas mal de succès, car il s’agit d’une vraie réussite. La force du scénario de Yann tient notamment au fait que « Dent d’ours » se déroule sur deux époques en même temps. Le lecteur est plongé à la fois en 1944, dans une ambiance de porte-avions et de guerre contre les kamikazes, et dans l’Allemagne des années 30, en pleine montée du nazisme. C’est pourtant le même personnage, Max, que l’on suit durant ces deux périodes: en 1944, il est un pilote hors pair, ayant fui l’Allemagne pour rendre de fiers services à l’US Air Force. Mais ses exploits ne l’empêchent pas de se faire arrêter, car on le soupçonne d’être un espion nazi. Manifestement, l’armée américaine le confond avec quelqu’un d’autre. D’où vient ce malentendu? On le découvre dans les flashes-back vers les années 30, où on suit l’enfance du même Max. Une période plutôt heureuse. Du moins dans un premier temps. Né dans une famille juive polonaise, dans ce qui s’appelle alors la Haute-Silésie, Max rêve de piloter des avions avec ses inséparables amis Werner et Hanna. Mais contrairement à lui, eux ne sont ni juifs ni polonais. Au contraire, ce sont de « bons » petits Allemands. Du coup, ils peuvent s’inscrire à l’école de vol et apprendre à piloter. Max, par contre, est exclu de ces cours, et petit à petit, l’idéologie nazie va saboter leur belle amitié. Jusqu’à quel point? Et comment Max va-t-il s’en sortir en 1944? On a hâte de le découvrir dans les tomes suivants de cette prometteuse nouvelle saga.

La bande-annonce du tome 1 de « Dent d’ours »:

Publicités

Une réflexion sur “Un récit aérien au décollage très prometteur

  1. […] la trilogie est complète. Avec « Werner », le troisième tome de la série « Dent d’ours », Yann et Henriet bouclent leur récit aérien passionnant sur trois amis inséparables… que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

avril 2013
L M M J V S D
« Mar   Mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
%d blogueurs aiment cette page :