Une adaptation BD réussie de Marc Levy: et si c’était vrai?

Poster un commentaire

12 décembre 2013 par matvano

L.10EBBN001788.N001_EnfantLIB_C_FR

Les enfants de la liberté (Alain Grand – Marc Levy – Editions Casterman)

Marc Levy est l’écrivain français « le plus lu dans le monde ». Malgré cela, il compte autant de partisans que de détracteurs. Ces derniers reprochent à ses livres de dégouliner de bons sentiments et de mélo, avec souvent des intrigues cousues de fil blanc. On pouvait donc nourrir quelques craintes par rapport à l’adaptation d’un de ses romans en BD, d’autant plus que les films tirés de ses livres sont tous à ranger dans la catégorie des navets. Heureusement, le roman graphique « Les enfants de la liberté » constitue une heureuse surprise, même s’il n’échappe pas totalement au style très lisse de Marc Levy. Il faut dire que la BD d’Alain Grand est l’adaptation d’un roman plutôt atypique dans la bibliographie de l’auteur de best-sellers. « Les enfants de la liberté » raconte l’histoire authentique de Jeannot et de Claude, le père et l’oncle de Marc Levy, qui se sont engagés dans la résistance au cours de la Seconde guerre mondiale, alors qu’ils n’étaient encore que des gamins. Sur 176 pages, on découvre l’engagement héroïque des deux frères, mais aussi celui de Raymond, Charles, Émile, Boris, Jan, Catherine, Damira, Sophie ou Osna, tous des « enfants de la liberté » qui ont rejoint la résistance auprès de la brigade Marcel Langer à Toulouse. La plupart d’entre eux étaient des émigrés italiens, roumains, espagnols, portugais ou hongrois, mais ils n’ont pas hésité à risquer leur vie pour lutter contre l’occupation nazie et contre les collaborateurs français, qui étaient souvent bien pires que les Allemands. Beaucoup ont payé cet engagement de leur vie. Comme le montre bien le livre, la plupart de ces jeunes ont fini par être arrêtés, déportés, emprisonnés, torturés ou exécutés. Ayant réussi in extremis à s’échapper d’un des derniers trains filant vers les camps de la mort, Jeannot et Claude ont heureusement fait partie des rares survivants de la brigade toulousaine, comme en témoignent les documents d’époque qui figurent en annexe de la BD. « Dans mon adaptation en bande dessinée, j’ai voulu garder intacte l’émotion que j’ai ressentie à la lecture du roman », explique Alain Grand dans une interview au site d’information 20minutes.fr. « Ce livre évoque le parcours d’adolescents, de jeunes adultes qui, avec de faibles moyens, à Toulouse, dans la 35ème brigade Marcel Langer, ont résisté à l’état français et aux nazis. Mais c’est avant tout un livre sur l’amour fraternel, l’amitié, sur l’adolescence avec ses désirs, son énergie, ses convictions ». A noter qu’Alain Grand a découvert le livre de Marc Levy par le biais de sa femme, qui est enseignante et qui l’avait utilisé dans un de ses cours. Enthousiasmé par le livre, il a fini par rencontrer l’auteur et son père et s’est lancé dans l’adaptation du roman. Bien lui en a pris. Certes, son style est classique, mais sa BD est à l’image des « enfants de la liberté »: pleine d’engagement et d’idéal.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :