L’obsédant ciré jaune de la petite Lilie

Poster un commentaire

10 janvier 2015 par matvano

Ceux qui me restent

Ceux qui me restent (Damien Marie – Laurent Bonneau – Editions Grand Angle)

Publié aux éditions Grand Angle (la collection réaliste des éditions Bamboo), le roman graphique « Ceux qui me restent » est l’une des toutes bonnes surprises de ces derniers mois. Simple, touchant, sensible, il raconte, tout en retenue, l’histoire d’une relation manquée entre un père et sa fille. Lui, c’est Florent. En plein coeur des événements de Mai 68, il tombe fou amoureux de Jenny, une jeune Anglaise. Elle accepte de l’épouser, mais leur bonheur ne dure pas: à peine quelques années plus tard, il se retrouve veuf. Alors qu’il a déjà beaucoup de mal à s’occuper de lui-même, Florent doit donc élever seul leur fille de cinq ans, ce qu’il fait la plupart du temps très maladroitement. Cette fille, c’est Lilie. Depuis son adolescence, elle fuit son père, à qui elle reproche encore et toujours d’avoir trompé sa mère et surtout de n’avoir pas su la rendre heureuse. Mais aujourd’hui, alors que son père a 70 ans et souffre de la maladie d’Alzheimer, elle vient le voir tous les jours. Quant à lui, il est de plus en plus désorienté, mais il cherche compulsivement Lilie dans ses souvenirs confus. Qu’est-ce qui est réel? Qu’est-ce qui ne l’est pas? Ce qui est fort dans « Ceux qui me restent », c’est que le récit ne répond pas vraiment à cette question. C’est précisément cette confusion permanente entre la mémoire défaillante de Florent et la réalité qui permet aux auteurs Damien Marie et Laurent Bonneau de souligner de manière souvent très émouvante les ravages d’Alzheimer et l’importance de dire à ses proches qu’on les aime avant qu’il ne soit trop tard. L’obsession de Florent se focalise surtout sur un épisode qui le hante: lors du retour en bateau d’Angleterre vers Cherbourg, après l’enterrement de Jenny, la petite Lilie, 5 ans, demande à son papa si elle peut aller toute seule s’acheter un coca. Mais la fillette, pourtant habillée d’un ciré jaune facilement reconnaissable, disparaît de façon inexplicable. Florent, pris de panique, la cherche alors partout sur le bateau, tandis que dans le même temps, la mer est de plus en plus démontée… Le scénario de Damien Marie raconte l’histoire de deux êtres qui se cherchent sans jamais vraiment se retrouver, avec des dialogues qui sonnent juste. Mais ce qui distingue surtout « Ceux qui me restent », ce sont les dessins et les couleurs de Laurent Bonneau, car ils sont tout simplement exceptionnels. C’est son graphisme très particulier qui donne à ce récit un niveau d’intensité et d’émotion rarement atteint en bande dessinée. Cet obsédant ciré jaune, par exemple, que Florent croit apercevoir partout, est une formidable trouvaille graphique. Quelques mois après « La tête en l’air » de Paco Roca, « Ceux qui me restent » aborde la maladie d’Alzheimer d’une manière totalement différente, mais avec tout autant de réussite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

janvier 2015
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
%d blogueurs aiment cette page :