Le piano bilingue qui relie Occident et Orient

2

10 octobre 2015 par matvano

Le piano oriental

Le piano oriental (Zeina Abirached – Editions Casterman)

Et s’il suffisait d’un tout petit rien pour créer un pont entre l’Occident et l’Orient? Un quart de ton, par exemple. Sur un clavier de piano, l’intervalle minimal entre deux touches correspond à un demi-ton. Du coup, on ne peut pas jouer une mélodie orientale sur un piano traditionnel car dans ce type de musique, l’intervalle le plus petit est le quart de ton. Dans les années 50 à Beyrouth, Abdallah Kamanja va chercher pendant 10 ans une solution mécanique à ce problème insoluble, allant jusqu’à démonter et remonter son piano une douzaine de fois. Finalement, c’est sa voisine, à force de se plaindre du vacarme fait par le musicien passionné, qui va insuffler à Abdallah l’idée de génie qui va lui permettre de mettre au point le fameux « piano oriental ». Le principe est tout simple: en uilisant la pédale de la sourdine non plus pour étouffer le son mais pour décaler les cordes à l’intérieur du piano, il parvient enfin à produire ce fameux quart de ton, ce petit son qui fait toute la différence. Il suffit ensuite d’enlever son pied de la pédale pour que l’instrument redevienne un piano « habituel ». Consécration suprême: Abdallah est invité par le fabricant de pianos Hofman à venir présenter son invention à Vienne, sur les traces de ses idoles Beethoven, Haydn, Schubert, Liszt, Brahms, Mahler, Strauss et bien sûr Mozart, qui l’enthousiasment tout autant que les grands musiciens du monde arabe, à commencer par la légendaire Oum Koulthoum. Arrivé dans la capitale autrichienne avec son inséparable ami Victor, Abdallah va hypnotiser Hofman père et fils avec son piano oriental… sans se douter que celui-ci restera à jamais un exemplaire unique.

Le piano oriental (extrait)

S’inspirant de la vie de son arrière-grand-père, le pianiste Abdallah Chahine, l’auteure franco-libanaise Zeina Abirached raconte de manière très originale le destin étonnant de son ancêtre mélomane, dans le Liban d’avant la guerre. Elle en profite pour nous parler aussi de sa propre histoire, en insistant sur ce mélange permanent entre la langue arabe et la langue française, entre Beyrouth et Paris, entre l’Occident et l’Orient. « Je me suis rendu compte que le Français et l’Arabe sont intimement liés en moi », explique-t-elle dans son roman graphique. « Je tricote depuis l’enfance une langue faite de deux fils fragiles et précieux. Deux jeux de mikados renversés en vrac dans ma tête ». Si « Le piano oriental » est une BD très originale de par l’histoire qu’elle raconte, elle sort aussi du lot par son graphisme foisonnant et inventif… et par ses petits bruits! Zeina Abirached multiplie en effet les onomatopées dans ses planches, ce qui donne à son livre un côté très sonore. Quand Abdallah déambule dans les rues de Beyrouth avec ses nouvelles chaussures italiennes, celles-ci font « scrouitch » tout autour de la page. Quand il croise des autos qui claxonnent, les pages sont remplies de « piiiip ». Et quand le pianiste se rend à son travail, chaque salut qu’il fait aux passants par le biais d’un coup donné sur son vieux chapeau (un tarbouche) se traduit par un « poc ». Au niveau du dessin aussi, Zeina Abirached multiplie les trouvailles graphiques, en jouant véritablement avec toutes les possibilités qu’offre le noir et blanc et en n’hésitant pas à déborder des cases et parfois même des planches lorsqu’il s’agit de montrer comment fonctionne le « piano oriental » d’Abdallah. Au final, cela donne un roman graphique aussi joyeux qu’enthousiasmant, dans lequel les 15 années de guerre au Liban sont volontairement mises de côté par l’auteure, elle qui a déjà consacré un autre livre à son enfance sous les bombes à Beyrouth. « Le piano oriental » est une BD sensible et intelligente, qui a trouvé le bon… ton pour évoquer le lien difficile mais tellement indispensable entre Occident et Orient.

Advertisements

2 réflexions sur “Le piano bilingue qui relie Occident et Orient

  1. […] Le piano oriental (Zeina Abirached – Editions Casterman) Et s'il suffisait d'un tout petit rien pour créer un pont entre l'Occident et l'Orient? Un quart de ton, par exemple. Sur un clavier de piano, l'intervalle minimal entre deux touches correspond à un demi-ton. Du coup, on ne peut pas jouer une mélodie orientale sur un…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

octobre 2015
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
%d blogueurs aiment cette page :