INTERVIEW – Matteo: « Marina parle surtout de la Venise d’aujourd’hui »

1

3 juillet 2016 par matvano

Matteo

Originaire de Lecce, une ville située dans le talon de la botte italienne, le dessinateur Matteo a quitté depuis longtemps le sud de l’Italie pour s’établir à Venise, où il réside avec son épouse et ses enfants. Aujourd’hui, il est tombé complètement amoureux de la cité des Doges. Les nombreuses splendeurs que l’on trouve dans les églises et les musées vénitiens constituent pour lui une source d’inspiration quotidienne. Ce n’est donc certainement pas un hasard si cet architecte de formation a choisi Venise comme décor pour « Marina », une série historique dont l’action se situe à cheval entre le 14ème siècle et aujourd’hui. Matteo réalise cette série, dont le troisième tome (intitulé « Razzias !!! ») vient de sortir en librairie, en collaboration avec le scénariste belge Zidrou. Les deux hommes aiment travailler ensemble puisque c’est déjà avec Zidrou que Matteo avait fait ses premiers pas dans la BD en 2003 avec la série « Mèche Rebelle », rebaptisée « Protecto » par la suite. De passage à Bruxelles il y a quelques jours, Matteo en a profité pour nous parler de sa carrière, de Venise, de « Marina » et de BD italienne en général.

Comment devient-on dessinateur de bandes dessinées quand on a étudié l’architecture?

C’est une bonne question! En réalité, je suis passionné par la bande dessinée depuis que je suis tout petit, mais j’ai grandi dans une famille où les métiers artistiques étaient vus avec suspicion et inquiétude. Du coup, j’ai passé un accord avec mes parents pour d’abord apprendre un vrai métier et avoir un diplôme en poche avant d’éventuellement tenter ma chance comme dessinateur de bandes dessinées. Ils s’attendaient sans doute à ce que je change d’avis après avoir fait mes études, mais je n’ai pas renoncé à mon idée!

Malgré tout, vous avez travaillé pendant quelques années comme architecte, non?

Oui, en parallèle avec mes études. Ensuite, j’ai cherché à percer dans la bande dessinée mais comme ça n’a pas marché tout de suite, j’ai d’abord travaillé pendant quelques années comme décorateur. J’ai aussi fait de l’illustration pour des manuels scolaires. Ce n’est qu’au bout de cinq ans environ, alors que j’avais plus ou moins abandonné l’idée de parvenir à vivre de la BD, que j’ai enfin eu l’occasion de pouvoir faire un album chez Dupuis.

Vous faites encore de l’illustration?

Pas beaucoup, malheureusement. Des fois, je réalise quelques illustrations entre deux albums, mais faire de la bande dessinée occupe tout mon temps. Travailler en couleur directe, comme je le fais pour « Marina », me demande un investissement énorme. Je sais que d’autres parviennent à combiner l’illustration avec la BD, mais pas moi. Je ne suis pas un dessinateur extrêmement rapide.

Cela dit, ça se comprend, car vos dessins sont très précis et très intenses. On dirait presque des peintures. Est-ce que vous utilisez une méthode particulière?

Je m’appuie sur un grand travail de documentation. Forcément, il n’existe pas de photos de Venise au 14ème siècle. Il faut donc faire une reconstitution historique. Dans les musées, on trouve beaucoup de tableaux qui représentent Venise à la fin du 15ème siècle, c’est-à-dire un siècle après « Marina ». Autrement dit, je dois imaginer à quoi ressemblait la ville 100 ans plus tôt, y compris au niveau des costumes. C’est un travail de reconstruction qui demande beaucoup de temps.

Razzias

L’action de « Marina » se situe au Moyen Age, mais aussi à notre époque. Est-ce que vous allez plus vite pour dessiner les pages plus contemporaines?

Pas forcément, parce que je tiens aussi à soigner ces pages-là. D’autant plus que les gens connaissent parfaitement la Venise d’aujourd’hui. Je ne tiens donc pas à faire la moindre erreur dans la manière dont je la représente. Heureusement, cela ne semble pas trop être le cas puisque j’ai reçu des réactions positives de la plupart des Vénitiens qui ont lu la série.

C’est vous qui avez demandé à Zidrou d’imaginer une série qui se passe à Venise?

Oui, absolument. Après avoir déjà fait 4 albums ensemble, Zidrou et moi avions envie de collaborer sur une nouvelle série. Très gentiment, il m’a demandé si j’avais des idées et je lui ai répondu que j’avais envie de dessiner Venise au 14ème siècle. Je trouve qu’il s’agit d’une époque intéressante car elle est rarement utilisée dans des films ou des livres, alors qu’en ce temps-là, Venise était au maximum de sa puissance économique et militaire. Heureusement pour moi, Zidrou a été emballé et il a accepté d’imaginer un récit autour de cette idée de base. On y a intégré aussi certains éléments autour des pirates dans la Méditerranée, ce qui me plaît beaucoup, car la mer est une autre de mes passions.

Si je vous comprends bien, vous avez vraiment votre mot à dire sur le scénario…

C’est Zidrou qui reste le scénariste, mais effectivement j’essaie de m’impliquer de plus en plus au niveau de l’histoire. Dans le deuxième album, par exemple, c’est moi qui ai eu l’idée de la séquence sur la lagune glacée. Cette idée est née d’une discussion avec ma femme, dont le père est né à Venise en 1929. Or, cette année-là, la lagune était totalement gelée. Les gens pouvaient aller au pied jusqu’au Lido ou à Murano. Il y a des photos incroyables qui montrent ça. C’est un phénomène qui s’est produit pas mal de fois au 18ème siècle, un peu moins au 19ème siècle et seulement une fois au 20ème siècle. J’avais écrit un mail à Zidrou pour lui proposer cette idée et il m’avait répondu que ça ne l’enthousiasmait pas vraiment. Ce qui est fou, c’est que quelques jours après mon mail, la lagune a de nouveau été gelée! Evidemment, je me suis empressé d’envoyer plein de photos des paysages et des bateaux gelés à Zidrou et il m’a répondu tout de suite que c’était un signe. Pour lui, c’était sûr: il fallait absolument l’utiliser dans l’album. C’est comme ça qu’est née toute la séquence avec l’accouchement sur la glace.

Razzias (extrait)

Dans « Razzias!!! », le nouvel album, il y a une séquence qui se déroule à Bruges, que l’on surnomme parfois la Venise du Nord. C’est vous aussi qui avez eu cette idée?

Non, ça c’est Zidrou! Ce qui était drôle, c’est que je n’avais aucune idée de ce à quoi pouvait bien ressembler Bruges au 14ème siècle. En plus, je ne connais personne à Bruges et je n’y suis jamais allé. Pour dessiner cette séquence, je me suis donc inspiré de Memling, qui est un peintre flamand que j’adore. L’un de ses tableaux est exposé à la Galerie de l’Académie à Venise et on y voit un homme qui est tellement bien représenté qu’on a l’impression qu’il bouge. En cherchant parmi d’autres oeuvres de Memling, j’ai trouvé un tableau sur lequel on voit la ville de Bruges en arrière-plan. J’ai donc utilisé cette image.

Et pour les visages, vous procédez comment? Dans la série « Marina », il y a beaucoup de « gueules » comme on dit en français. Est-ce que ce sont des visages qui viennent de votre imagination ou est-ce que vous vous inspirez de personnes réelles?

En général, je m’inspire de gens que je connais, ou parfois de certains acteurs ou chanteurs. Dans le cas de « Marina », je me suis surtout inspiré de mon entourage. D’ailleurs, Marina emprunte ses traits à une de mes amies, qui s’appelle Micaela et qui est une graphiste très connue à Venise. Les personnages de Byblos et du Doge sont aussi des amis à moi. Mais bien sûr, même si j’utilise des modèles au départ, les personnages finissent par vivre leur propre vie. Ils évoluent.

Dans la série aussi, Marina évolue, puisqu’elle est de plus en plus noire et cruelle. Votre amie Micaela doit être triste de lui ressembler, non?

Non, pas du tout, parce que la vraie Micaela est très sympa (rires). Et puis, c’est à Zidrou qu’elle doit en vouloir, parce que c’est lui qui écrit l’histoire! Zidrou, on le connaît: on sait qu’il est capable d’imaginer des choses très noires. Cela a d’ailleurs été le cas dès le début avec la série « Marina ». Même ma maman a été un peu choquée par l’une des séquences, dans laquelle un enfant est coupé en morceaux.

Est-ce que vous savez déjà comment la série va se terminer? Y a-t-il un certain nombre de tomes prévus?

Non, nous n’avons pas encore une idée précise de la fin, même si bien sûr, Zidrou et moi avons chacun des idées en tête. A mon sens, l’objectif de cette série est surtout de parler de la Venise d’aujourd’hui. La fameuse prophétie sur la fin de Venise, qui est évoquée dans les albums, fait forcément référence à notre époque dans la mesure où on sait qu’au 14ème siècle, la ville est restée debout…

Effectivement, l’une des images fortes de la série, c’est cet immense bateau de croisière qui vient s’encastrer dans le Palais des Doges. Faut-il voir cette image comme un message que vous voulez faire passer?

Oui, on peut voir ça comme une prise de position de la part d’un dessinateur de bandes dessinées qui habite à Venise. J’espère d’ailleurs que cette image va faire réfléchir les gens sur la manière dont il faut gérer le tourisme à Venise. Evidemment, je sais très bien que la ville ne pourrait pas survivre sans ses touristes, mais il faut se demander quel type de tourisme on veut. Avec Zidrou, nous avons voulu montrer une image très forte et très symbolique. Dans le même temps, j’espère quand même que les lecteurs de l’album auront noté que nous avons délibérément fait très peu de dégâts dans le Palais des Doges, juste un petit trou dans le mur…

Razzias (extrait 2)

Le premier tome de « Marina » vient seulement de sortir en Italie, bien après sa sortie en français. Pourquoi ce décalage?

Il faut savoir que le marché de la BD en Italie est très différent de ce qu’on vit en France ou en Belgique. Chez nous, les bandes dessinées au format à l’italienne publiées par Bonelli restent très populaires et attirent encore des dizaines voire des centaines de milliers de lecteurs mais par contre, il y a beaucoup moins de lecteurs pour les albums au format franco-belge, tels que ceux de « Marina » par exemple. Et malheureusement, pas mal de magasins de BD ont fermé leurs portes ces dernières années. Je pense aussi qu’il y a eu un manque de relève après la disparition de grands auteurs italiens comme Hugo Pratt, Andrea Pazienza ou Dino Battaglia. Aujourd’hui, cela revient un peu et il y a de nouveau des petits éditeurs qui essaient de publier des choses un peu différentes, mais le public est difficile à reconstruire. Heureusement, il y a des signes encourageants. Comme le succès inattendu de Zerocalcare, par exemple, qui vient d’être publié en français et dont la BD s’est vendue à 30.000 exemplaires en Italie, ce qui est énorme chez nous. A part Disney, Corto Maltese et Manara, personne ne vend autant d’exemplaires. Ca a été une surprise incroyable!

Vous pensez qu’il y a d’autres jeunes auteurs italiens qui vont percer?

Oui, je le pense. J’étais déjà professeur dans une école de bande dessinée à Padoue, et maintenant je viens aussi d’être contacté pour l’ouverture d’une section bande dessinée à l’école des Beaux-Arts à Venise. Il y a donc beaucoup de talent qui arrive. J’ai du souci à me faire: d’ici quelques années, je risque bien de me faire mettre à la retraite par une nouvelle génération de jeunes auteurs! (rires)

Advertisements

Une réflexion sur “INTERVIEW – Matteo: « Marina parle surtout de la Venise d’aujourd’hui »

  1. […] Originaire de Lecce, une ville située dans le talon de la botte italienne, le dessinateur Matteo a quitté depuis longtemps le sud de l'Italie pour s'établir à Venise, où il réside avec son épouse et ses enfants. Aujourd'hui, il est tombé complètement amoureux de la cité des Doges. Les nombreuses splendeurs que l'on trouve dans…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :